Applications en ligne

















Les projets

Thème "Le cri", Pourquoi crier ?
 
logo CRIpour libérer sa peur, sa rage, son angoisse, son énergie, sa colère, son désespoir, son impuissance, son trop-plein…
« La violence est ce qui ne parle pas » dit Gilles Deleuze... donc pour tenter d'évacuer cette violence-là...
parfois pour faire partager sa joie, sa réussite, son amour...
Trop souvent les paroles entre adolescents se résument à des moqueries, insultes, invectives, critiques, provocations et ça dégénère.
Le cri comme porte d'entrée pour aller plus loin, dépasser la violence verbale et physique, mettre des mots sur tout cela qui anime et bouillonne, nommer ce qui d'habitude est tu.
Le cri, c'est aussi la manifestation d'un engagement, il est la parole qui perce le silence dans l'espace publique. « Allier le pessimisme du constat à l'optimisme de la volonté » disait Gramsci. En ce sens, le cri est l'expression d'un espoir, d'un acte dans le but de changer le monde et de mieux vivre ensemble.
Par le décalage qu'il propose, le thème du cri ouvre la porte à des déclinaisons en nombre, et ce dans l'ensemble des disciplines : ateliers d'écriture, travaux en arts plastiques mais aussi en technologie, en langue, en science..., approches du théâtre... L'exploration du cri dans toutes ses manifestations est l'objet artistique de la résidence.
 
Enfin voici deux textes, toujours écrits par des élèves de la 3è prepapro. D'autres suivront.
 
Je n'ai plus de sourire
Jambes vides
Coeur affaibli
Visage décomposé
Plus le même
L'impression de n'être que verre extrêmement fragile
Envie de pleurer
Ne pas parler
Ne plus chanter
Le rire me fait mal dans tout le corps
L'impression que la terre s'écroule sur moi
Comme si je ne pouvais vivre
Un morceau de rien
De la poussière
Plus de cœur
Plus de corps
Plus de membres
Plus que de la fumée
Vivre sans vivre
Etre heureux en étant malheureux
Ne plus être le même
Pleurer du cœur mais pas de physique
Se sentir dans la pénombre
Nul nul nul
Etre un cas à part
Maux de tête insupportables
Etre comme un zombie
Etre rien rien et encore rien
Ne plus voir clair
Avoir un mal très profond
C'est ce qu'il y a de plus triste
 
 
L'homme rentre du travail. Il saisit la poignée et ouvre la porte. Il voit un trou noir qui aspire son corps et il crie de toutes ses forces :
- Où suis-je ?
Il fait noir, il fait froid. L'homme crie :
- Il y a quelqu'un ?
L'homme entend l'écho de sa voix. Il continue à marcher sans savoir où il va. Tout à coup il entend une voix de femme :
- Viens vers moi.
- Qui est-ce ? dit-il en tremblant.
- Une personne qui peut t'aider, dit-elle d'une voix douce.

Bruno Allain

Depuis octobre, je suis en résidence au lycée Chennevière-Malézieux, un lycée professionnel situé dans le 12ème arrondissement de Paris où l'on étudie entre autres la chaudronnerie, la maintenance, l'usinage. Cette résidence s'inscrit dans un dispositif financé par l'Académie de Paris et la DRAC Ile de France. Elle est également soutenue par ARCADI et la Fondation du Crédit Mutuel en partenariat avec les Ecrivains Associés du Théâtre et la Charmante Compagnie.
En résidence? Qu'est-ce que cela signifie? En bref, un temps de présence inhabituellement long (plus de 150 heures) à l'intérieur de l'établissement en compagnie des élèves. Voici comment nous présentons le projet, le proviseur monsieur Galeazzi et moi-même.          
                                                                                            Bruno ALLAIN